Martin Luther, l’homme qui a dit non

Martin Luther, l’homme qui a dit non

Du moine modèle au théologien rebelle

Le parcours de Martin Luther (1483-1546) montre l’affirmation progressive d’un moine modèle qui entre soudain en conflit frontal avec l’Église. Il manifeste une irrépressible angoisse existentielle teintée d’un appétit de vivre.


« C’est au centre de l’Empire, à Eisleben, que Martin Luder voit le jour le 10 novembre 1483. Fils de Hans, qui s’est lancé dans l’exploitation de minerai dans le massif du Harz, et de Margerethe, issue d’une famille de patriciens d’Eisenach, il ne grandit pas dans la pauvreté. Les Luder migrent rapidement vers Mansfeld, au pied du château comtal, où le jeune Martin passe son enfance. En 1490, âgé de sept ans, il entre à l’école de cette petite ville où, sous l’égide des prêtres, il apprend à lire, à écrire et reçoit une formation musicale. Après un court passage par l’école cathédrale de Magdebourg, au sein de laquelle il ne passe qu’une année en 1497-1498, il est envoyé à Eisenach et il fréquente l’école paroissiale Saint-Georges qui dispense alors un enseignement dans les trois disciplines du Trivium : la grammaire, la rhétorique et la dialectique. Nanti d’une solide formation de base, Luder s’inscrit à l’université d’Erfurt en 1501. […]

Par Hugues Daussy

Retrouvez l’intégralité de cet article dans Codex #05.