HISTOIRE | ARCHÉOLOGIE | CULTURE | PATRIMOINE
Le tour des chantiers de restauration

Le tour des chantiers de restauration

Circuit médiéval pour admirer l’œuvre du maître mais sans esquiver les critiques

A partir de 1840, Viollet-Le-Duc travaille au sauvetage de nombreux monuments du Moyen Age. Certains marquent des jalons importants dans sa carrière personnelle mais aussi dans l’histoire de la restauration du patrimoine. Tour d’horizon pour admirer l’œuvre du maître sans esquiver les critiques.


La restauration de la basilique Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay est la première grande œuvre de Viollet-le-Duc, celle qui fonde sa renommée. L’édifice menaçait de tomber en ruine et, malgré le vote de crédits importants, aucun architecte expérimenté ne voulait se lancer dans cette opération risquée. Grâce à l’appui de Prosper Mérimée, inspecteur des Monuments historiques, le jeune Viollet-le-Duc, âgé de vingt-six ans, est choisi pour mener le sauvetage complet du monument. Non sans risque : en 1843, la voûte centrale du narthex s’effondre. Durant dix-neuf ans, Viollet-le-Duc reconstruit la grande baie de façade qui déversait dangereusement, ainsi que les voûtes de la nef, leur redonnant leur forme romane primitive. Certaines de ses interventions, comme l’introduction sans justification d’oculi dans le déambulatoire du chœur, paraissent aujourd’hui plus hasardeuses. L’architecte restaure également le décor sculpté en s’appuyant sur une étude des sculptures encore en place, n’hésitant pas, parfois,
à forcer l’interprétation de morceaux trop endommagés. […]

 

Jean-Charles Forgeret

Responsable des archives de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine

 

Retrouvez l’intégralité de cet article dans Codex # 18