Charles Maurras, le maître

Charles Maurras, le maître

Portrait d'un pourfendeur de la IIIe République

La personnalité de Charles Maurras (1868-1952) apparaît incontournable dans l’histoire de l’Action française. Ce journaliste influent trouve dans l’écriture son terrain d’action privilégié, articulant la littérature et la politique.


Charles Maurras naît à Martigues le 20 avril 1868. Il est issu d’un milieu plutôt modeste puisque son père y est percepteur. La petite enfance du jeune Charles est un moment essentiel pour lui, célébré comme « de beaux jours filés d’or » dans Le secret publié en 1924. Un âge d’or brisé par le deuil puisque son père décède alors qu’il est âgé de six ans. Le petit orphelin vit dès lors entouré de son frère cadet et de sa mère, Marie, choyée par son fils aîné auprès duquel elle tient une place essentielle jusqu’à son décès en 1922. La première faille de l’enfance se double de deux autres drames survenus à l’adolescence. Des symptômes précoces de surdité apparaissent en 1877 mais le handicap se déclare vraiment en classe de troisième en 1882. Le jeune élève brillant, incapable de suivre le moindre enseignement, doit être retiré du collège d’Aix. C’est grâce au jeune abbé Penon, futur évêque de Moulins avec lequel il noue une amitié profonde, qu’il peut décrocher son baccalauréat en 1885. Le prêtre le fait travailler à côté de ses charges d’enseignement. Si cette surdité n’empêche pas cette réussite scolaire, elle s’accompagne d’une très grave crise psychologique et religieuse : le jeune homme se voit comme un « fruit desséché, noué pour toujours ». Le résultat en est une tentative de suicide par pendaison et une perte de la foi jusqu’alors entretenue par sa mère. […]

Par Olivier Dard, professeur d’histoire contemporaine à Paris 4

Retrouvez l’intégralité de cet article dans Codex#04.