HISTOIRE | ARCHÉOLOGIE | CULTURE | PATRIMOINE
L’histoire de France selon les manuels laïques

L’histoire de France selon les manuels laïques

De Vercingétorix à la Révolution de 1789

La IIIe République enseigne un roman national qui semble beaucoup trop partisan aux catholiques. La guerre des manuels scolaires atteint son paroxysme en 1909. Focus sur quelques séquences controversées.


Tout au long du XIXe siècle, le contenu des manuels scolaires d’histoire et de morale suscite de nombreuses escarmouches. Sous la monarchie de Juillet, les libéraux ne cessent de dénoncer l’utilisation, dans les établissements confessionnels, de l’Histoire de France à l’usage de la jeunesse du jésuite Jean-Nicolas Loriquet, qui aurait transformé Napoléon Bonaparte en « marquis de Buonaparte, lieutenant-général par interim des armées de Louis XVIII » ! Au temps des réformes de Jules Ferry (1880-1885), le clergé reproche vivement à la nouvelle administration de substituer des « catéchismes » républicains dépourvus de toute référence à Dieu, aux ouvrages édifiants dont il assure la promotion. Sont visés les manuels d’instruction civique et morale de Paul Bert, médecin matérialiste, député radical de l’Yonne et ministre de l’Instruction publique, et de Gabriel Compayré, philosophe et député républicain du Tarn. Le ton change au début du XXe siècle dans le contexte de la Séparation des Églises et de l’État (1905), et de la querelle des inventaires (1906). Les catholiques ne remettent plus en cause la neutralité de l’enseignement public mais exigent au contraire qu’elle soit respectée. Ils s’inquiètent de manuels d’histoire d’esprit franchement laïque dans une campagne de presse nationale, relayée au niveau des diocèses (…)

L’intégralité de l’article se trouve dans Codex #14. À découvrir en images avec un portfolio sur les séquences les plus controversées.

Christian Amalvi, professeur à l’Université Paul Valéry Montpellier 3