HISTOIRE | ARCHÉOLOGIE | CULTURE | PATRIMOINE
Bières d’abbaye de Belgique

Bières d’abbaye de Belgique

Un succès sans pression

Denses ou rondes, blondes ou brunes, les bières d'abbaye rencontrent un succès populaire qui ne se dément pas. Elles renouvellent l'ancienne tradition brassicole des moines. En Belgique, à côté des grosses productions, les six bières trappistes se défendent avec des volumes très prisés, sans se faire mousser.


Dans la crypte de l’abbaye bénédictine de Maredsous, une quinzaine de moines chante l’office du soir. Comme un murmure, leurs voix envahissent l’église abbatiale plongée dans la semi-pénombre et se prolongent jusqu’à la chapelle située près de l’entrée où repose la dépouille du bienheureux Dom Columba Marmion, l’un de leurs plus célèbres abbés. Rien ne semble pouvoir troubler la paix de ce monastère néo-gothique caché en pleine forêt aux portes de l’Ardenne belge, bien reconnaissable à ses deux tours de 54 mètres qui gardent l’édifice.

Ces tours jumelles sont bien visibles sur l’étiquette qui orne les fameuses bouteilles au col légèrement ondulé des bières de Maredsous, présentes dans nombre de supermarchés français. Tout comme le blason de l’abbaye, marqué d’une croix. Pourtant, c’est dans une tout autre région, à plus de 100 kilomètres de là, que sont actuellement brassées les trois bières de la marque. Dans la commune de Puurs, en région flamande près d’Anvers, la brasserie Duvel, également connue pour ses bières du même nom, élabore le précieux breuvage « selon la recette originale des moines bénédictins ». « Une part importante des bénéfices générés par la vente de bière de Maredsous est affectée à des œuvres de charité », déclare cette brasserie membre de l’important groupe brassicole Duvel Moortgat, qui possède également en Belgique les brasseries Achouffe (La Chouffe) et De Koninck. (…) Jean-Marie Dumont

Retrouvez l’intégralité de cet article dans Codex #10.