Au coeur du département des Manuscrits

Au coeur du département des Manuscrits

Visite privée dans les coulisses de la BnF

Depuis quelques mois, la salle de lecture des manuscrits de la Bibliothèque nationale a rouvert ses portes aux chercheurs. Un véritable laboratoire qui assure la vitalité d’une collection séculaire extrêmement diversifiée. Le département continue de s’enrichir et de nourrir la réflexion des hommes d’aujourd’hui.


« Quatre femmes de marbre accueillent le visiteur qui franchit le porche de la Bibliothèque nationale de France, quittant le flux sonore de la circulation parisienne pour disparaître au 58 rue de Richelieu. Derrière une façade austère, piquée du drapeau tricolore, se cache une cour d’honneur bien française à l’architecture classique. Étudiants et chercheurs présentent leurs ordinateurs au contrôle de sécurité. D’autres prennent le soleil et un café dans ce décor minéral. Exécutées dans les années 1890, par différents artistes, les statues symbolisent les départements qui structurent la Bibliothèque depuis le début du XVIIIe siècle. Ici, tout est classé en fonction du type de document. La Numismatique, très féminine dans ses drapés collés au corps, admire une médaille au creux de sa main. La Gravure semble insouciante avec son carton d’estampes. L’Imprimerie s’appuie sur une grosse presse typographique en scrutant le résultat d’une épreuve. Enfin, la Calligraphie joue au scribe avec à ses pieds les rouleaux de papyrus du volumen et les cahiers de parchemin du codex. Elle incarne le prestigieux département des Manuscrits, hérité de la bibliothèque des rois de France et riche de trois cent soixante-dix mille volumes. Alors point n’est besoin de racoler comme ses consoeurs. Elle reste sagement habillée, sachant bien qu’elle a déjà de quoi faire fantasmer tous les chercheurs. » […]
Par Priscille de Lassus
Retrouvez l’intégralité de cet article dans Codex #05.